Théo Plantier, un early maker alpiniste, va porter l’éducation dans un village népalais grâce à la folle ascension d’un 8000 !

Sep 05, 2017

Le 6 septembre prochain, quatre amis et étudiants d’emlyon business school se lanceront dans une grande ascension solidaire et sportive sur le 8e sommet le plus haut du monde, le Manaslu, à 8156m ! Leur objectif : entraîner des sponsors dans l’aventure sportive pour lever des fonds et financer l’éducation des enfants du village Népalais de Surkey sur le long terme.

Sur le format du téléthon, plus ils atteindront une altitude élevée lors de l’ascension, plus leurs sponsors donneront pour le village. Theo Plantier, lillois et étudiant du Programme Grande Ecole, présente ce projet nommé « une cordée pour des enfants ».

Comment est née l'idée ?

L’idée me trotte dans la tête depuis ce premier voyage solidaire et sportif avec l’association Solitrek en 2010 pour financer et installer une turbine hydroélectrique au village. Après un an de préparation et de collecte de fonds notre groupe de 15 lycéens est parti 2 semaines pour aller à la rencontre des habitants de Surkey. Depuis le retour, l’idée d’un challenge sportif en plus haute montagne pour supporter les jeunes du village a germé et s’est transformé en cette ascension sociale et sportive.

Comment ce projet aidera à financer l’éducation des enfants de ce village népalais ?

Notre ascension est un moteur pour motiver nos sponsors à se pencher sur l’éducation de la jeunesse de Surkey, et la jeunesse des jeunes Népalais en général. Le but de notre projet est de financer l’éducation des jeunes du village sur le long terme pour leur donner les outils qui leur permettront de reprendre le développement de leur village en main. Nous avons proposé à nos sponsors de parrainer un ou plusieurs enfants à hauteur de 1000€ par an pendant 10 ans. Avant et après l’ascension, nous visiterons les écoles que nous avons sélectionnées et passerons au village pour signer les partenariats officiels entre les enfants et leur sponsors. Deux à trois fois par an, les enfants enverront des nouvelles sur leur parcours et leur aspirations professionnelles.

De quelle façon peut-on soutenir ce projet ?

En remplissant et en envoyant le formulaire de don disponible sur notre site dans la rubrique « Nous soutenir ! »

Comment se passe la préparation ?

La montagne est un sport d’endurance, en équipe. Nous nous entraînons sur des sorties courses ou vélo de 5h et plus. Nous avons rencontré plusieurs guides de hautes montagnes pour en apprendre un maximum sur la vie en haute altitude, les méthodes d’acclimatation et de progression en haute montagne.En montagne, il est important de se connaître et d’avoir confiance les uns envers les autres. Nous sortons en montagne tous les 4 le plus fréquemment possible. Partager ces moments ensemble est une chance et un réel plaisir !

Quelles sont vos plus grandes appréhensions avant le départ ?

Notre projet comporte 3 objectifs majeurs.

  1. Venir en aide aux enfants du village pour leur permettre d’avoir accès à une éducation de qualité sur le long terme, l’objectif le plus important.
  2. Partager, avec les particuliers et les entreprises qui nous suivent, le plaisir de lier des aspirations sociales aux plaisirs de la montagne. Nous proposons à nos partenaires d’animer des sessions de discussions et d’échange avec leurs collaborateurs pour discuter de notions de management de groupe, des difficultés que nous rencontrons, du partage et de notre entraînement, et des bienfaits du partage d’un projet commun.
  3. Tenter de réussir ce challenge sportif et de toucher le sommet du Manaslu.

Nous avons récolté plus de 60,000€ de promesses de dons pour les enfants de Surkey. Bien que nous cherchions encore à lever 30,000€ pour soutenir 3 enfants supplémentaires pendant 10 ans, nous avons déjà partiellement rempli notre objectif de levée de fonds.

Qu’est ce que tu apprécies le plus au sein d’emlyon business school ?

Le côté entrepreneur, l’ouverture sur des projets moins classiques. J’ai été très agréablement surpris de voir que ce projet a été accepté comme projet de fin d’étude. Professeur Thierry PICQ et Professeur Saulo Dubard Barbosa ont tout de suite été emballés. Je suis très motivé de sentir que l’esprit d’emlyon business school colle à mes valeurs et que l’administration nous encourage dans nos projets les plus fous. Je trouve que c’est très positif pour la suite !

Qu'est-ce que l’esprit « early maker » t’évoque ?

La motivation et l’envie de faire ce qu’on aime, de pousser pour voir éclore des projets intéressants et ambitieux, en prenant la difficulté pour un jeu et un challenge dont on ressort grandit. Il y a des hauts et des bas dans chaque projet. Pour moi, les early makers sont capables de se préparer et de surmonter les difficultés auxquelles ils font face, avec convictions et bonheur. Lorsque l’on arrive à trouver de la joie dans certaines difficultés, on est sur la bonne voie !


Page Facebook une cordé pour tous

Cookies help us deliver our services. By using our services, you agree to our use of cookies.