Ecologique et innovante : Eleonore Blondeau (Programme Grande Ecole) a inventé avec Clean Cup LA fontaine à eau révolutionnaire !

Apr 12, 2017

Alors que chaque année plus de 4 milliards de gobelets en plastique finissent dans nos poubelles, Eléonore Blondeau (Programme Grande Ecole 2015) a développé CleanCup, une fontaine à eau qui distribue et lave automatiquement et écologiquement des verres réutilisables. Une solution qui devrait séduire les entreprises, campus ou collectivités qui dépensent des dizaines de milliers d’euros dans des gobelets jetables tous les ans…

Comment est né CleanCup ?

J’ai participé pendant 2 ans à l’association de développement durable Planet&Co à emlyon business school. J’ai pris conscience de l’impact écologique des fontaines à eau en voyant les étudiants prendre un gobelet, boire une gorgée, jeter le verre et en utiliser un nouveau plus tard. Ensuite avec Lionel Amieux, cofondateur de CleanCup, nous avons conçu et développé cette solution technologique en prenant en compte l’ergonomie et l’usage liés à une fontaine à eau.

Quand verra-t-on CleanCup ?

Nous l’avons présentée pour la première fois le 9 mars dernier, à la Biennale internationale du design à Saint-Etienne ainsi qu’à la Foire Internationale de Lyon du 17 au 19 mars. Enfin, nous devrions la dévoiler aux étudiants de l’école fin avril.

Quels sont les premiers retours sur CleanCup ?

Depuis le début du projet nous avons cherchés à co-construire le produit avec les clients grâce à des échanges réguliers et de nombreux concours qui nous ont permis de challenger le projet et l’améliorer tout au long de son développement. Actuellement nous échangeons avec plus de 30 grands comptes et campus et nous misons sur un développement national pour les deux années qui viennent.

Aujourd’hui en phase de pré-commercialisation, c’est financièrement assez compliqué mais nous sommes confiants : la loi de la transition énergétique qui interdit les gobelets jetables en 2020 va contraindre les entreprises à abandonner ces consommables et la solution que nous leur proposons permet de plus d’améliorer les conditions de travail tout en étant un produit très design.

En quoi emlyon business school t’a aidée dans ton projet ?

Les cours et les conférences sur l’entreprenariat sont très bien faits et assez variés. Les professeurs sont également impliqués dans leur mission et aujourd’hui encore je peux faire appel à eux pour trouver des solutions. Au-delà, l’école c’est un réseau d’anciens bienveillants. Par exemple, à San Francisco, lors de la finale du StartupChallenge en une semaine sur place, j’ai pu visiter Mozilla, Samsung, 500 Startups, Paypal, GitHub…

Le plus dur dans l’entrepreneuriat ?

Par où commencer ?! Aujourd’hui nous ne vivons pas de notre projet. CleanCup c’est aussi une solution industrielle et je n’y connaissais rien à l’époque. Il a fallu se renseigner et frapper aux portes pour trouver des partenaires prêts à nous accompagner dans cette aventure. Monter une entreprise c’est aussi s’entourer des bons collaborateurs, se transformer en RH. Ce n’est pas toujours simple.

A l’inverse le plus stimulant ?

Apprendre tous les jours, participer à la promotion des innovations technologiques à impact positives pour l’environnement et prouver qu’on peut en faire un business rentable sans être « écolo ». Les hommes, toutes les rencontres avec les clients, les partenaires, l’équipe, c’est très enrichissant. Enfin c’est de nombreux challenges, c’est stimulant.

Si je te dis earlymaker…

Je réponds des gens qui font, qui vont au bout de leur projet et n’ont pas peur de l’échec. On peut se tromper mais c’est simplement une étape vers la réussite.

Un entrepreneur qui t’inspire ?

Il y en a plusieurs dont Mathilde Yagoubi (Fundy), Maxime Vallet (Evotion et Hease Robotics) ainsi que Thomas Gasser Bensoussan (Aviasim et Yes We Stream). Ce dernier me bluffe car à chaque fois il se lance à fond dans ses projets et va très vite dans leur réalisation sans forcément être un expert du sujet au départ.

Une habitude au travail ?

J’ai toujours du chocolat (noir) dans mes tiroirs dans mes multiples sacs. Cela m’aide à trouver l’inspiration !

L’avenir de CleanCup ?

Employer nos stagiaires, créer des emplois et d’ici le mois de mai, réaliser une levée de fonds public afin de lancer une pré-série au cours de l’été, et continuer à nous développer, schant que nous sommes en train de signer nos premiers contrats avec des organisations interessées par notre solution.


Cookies help us deliver our services. By using our services, you agree to our use of cookies.